Les Cafés Citoyen

En partenariat avec l'Université Paris Diderot et l'Université Sorbonne Paris Cité

 

Art « de » la démocratie ou art « le plus démocratique », c’est par ce superlatif que Tocqueville, dans ses constats ambivalents sur la démocratie américaine, aborde le théâtre. L’actualité confirme son diagnostic : le théâtre décrit aujourd’hui un cadre où s’expriment aussi bien les tendances positivistes, voire capitalistes, ultralibérales de la démocratie que les forces qui tendent à les nier – et qui en font partie, car la démocratie, dans son projet, intègre sa propre négativité. Le lieu où les tensions sont le plus « à vif ». 

 

La démocratie peut se définir comme régime de l’incessante reconduite d’une crise de la représentation (Lefort, Revault d’Allonnes). Une crise à laquelle l’art du théâtre cherche à répondre par différentes voies : l’identité, le naturalisme, l’attentatoire (Belloï), la « représentativité » ou encore la diversité. Nous interrogerons le récent déplacement de l’artifice de la représentation vers le naturalisme de la représentativité ; les mythologies post-démocratiques de l’art « inclusif » et non conflictuel. Ce travail se mène en parallèle de réflexions sur les notions de république, de commun, de laïcité, de diversité et d’idéologie.

 

 

 

CALENDRIER DES SÉANCES

 

 

Jeudi 15 février | 16h - 18h / Marc Goldschmit (philosophe)

L'interprétation religieuse mise en jeu par le théâtre

La pensée de Walter Benjamin pour montrer la nécessité paradoxale de faire jouer la littérature et le théâtre contre le théologico-politique.

 

Jeudi 15 mars | 14h - 16h / Eric Michaud (professeur d’esthétique)

La « racialisation » des arts, un phénomène d’actualité ?

Ethnodifférentialisme des imaginaires dans les arts et dans le théâtre contemporain : diversité ou racialisation ?

 

Jeudi 12 avril / Dany-Robert Dufour (philosophe)

La Fable des abeilles de Mandeville : les paradoxes de la démocratie de marché

La fable de Mandeville peut être lue comme une matrice dramaturgique. Que nous apprend-elle du drame des démocraties de marché ?

 

Jeudi 26 avril / Nathalie Heinich (sociologue)

Relativité ou universalité des valeurs ?

Peut-on sortir de l’alternative entre extrêmes singularités et universalisme abstrait pour trouver un régime commun de la représentation ?

 

Jeudi 3 mai | 15h - 17h / Yves Michaud (Professeur d’esthétique)

Séance autour du film The Square

Les œuvres contemporaines face au défi de créer un espace de communication pacifié - du "carré" de The Square au tapis de Peter Brook qui instaure la relation théâtrale. 

 

 

RESERVER ICI

 

 

 

Informations pratiques

 

entrée libre

au Bar du théâtre de la Cité