Villes périssables

Photographies de Philippe Calandre

Philippe Calandre a pour atelier les villes qu’il arpente. Il y capte indifféremment les édifices historiques, les friches industrielles ou les symboles contemporains d’une technocratie triomphante. La réalité de chaque construction photographiée ne suffisant pas à faire entendre ce qui se joue dans la symphonie des édifices, il a pris le parti du montage afin de jongler avec le temps.

Dans les 18 « clichés » qui proviennent de quatre séries différentes - Isola Nova, Belgica Paradise, Suntec City et Théopolis - Calandre lance des ponts entre les différents passés qu’il accole pour mieux faire ressentir les nécessités du présent. Son invitation à la dérive parmi les vestiges d’époques défuntes, avive notre goût, déjà éveillé par la période que nous vivons, pour l’abrégé, la résolution, la synthèse.

 

À chacun d’imaginer les vérités drapées sur lesquelles il nous invite à ouvrir le regard. Présentées sans lien apparent avec les idées qui leur ont donné naissance, flottantes, irréelles, les images de Calandre ont un point commun : les humains ont déjà déserté toutes ces structures étranges et la nature n’est plus tout à fait la nature. Les deux variables de l’équation fondamentale qui relie l’humanité à ce qui l’environne, tendent vers l’inconnue. Dans la vacuité de vieux édifices institutionnels, dont les fenêtres et les portes sont traversées par le vent, l’élégance est encore perceptible, mais partout la majesté des constructions semble promise à l’éternité puis à la disparition. Les signes érectiles du pouvoir ne seront jamais que des idoles périssables.

 

Philippe Calandre est représenté par la Galerie Olivier Waltman 

Informations pratiques


Villes périssables
photographies de Philippe Calandre


Exposition du 1er octobre 2021 au 26 février 2022
du lundi au samedi, de 12h à 18h30 - les soirs de spectacles jusqu’à 21h30
Vernissage vendredi 19 novembre de 17h à 20h


Au Café du Théâtre de la Cité internationale
17, bd Jourdan 75014 Paris